Ces légendes qui m’habitent

Le bon et le beau ne s’oublient pas, ils vivent dans les légendes et dans les chants.
Hans Christian Andersen (romancier et conteur danois, 1805-1875)

Le thème Québec riche de culture témoigne de la diversité de ses légendes qui mettent en scène quantité de fantômes, de loups-garous, de lutins et de sorcières. De la Dame blanche de la chute Montmorency au Revenant de Gentilly, en passant par le Trou du diable de Shawinigan, l’imaginaire québécois a certes été très créatif. Mais ces légendes bien de chez nous partagent-elles des traits avec celles d’ailleurs? Ne mettent-elles pas en scène des personnages qui présentent parfois des traits de caractère similaires? Cette activité propose aux élèves de devenir les héros de leur propre légende après s’être plongés dans des histoires d’ici et d’ailleurs.

D’abord, en équipe, les élèves sont invités à répondre à ces questions : quelles légendes connaissent-ils, quelles en sont les caractéristiques, pourquoi les aime-t-on? Les renseignements obtenus sont intégrés à un organisateur graphique, que l’enseignante ou l’enseignant peut enrichir d’éléments supplémentaires. Les élèves choisissent ensuite une légende d’ici (par exemple, The Blind Boy and the Loon), qu’ils lisent attentivement, et notent les éléments qui la caractérisent : époque, lieu, traits de caractère du personnage principal et, surtout, actions réalisées par celui-ci. Cet exercice peut prendre la forme d’un atelier Réfléchir-Partager-Discuter. De la même façon, les élèves explorent une légende d’ailleurs (par exemple, How the Troll Was Tricked) pour en faire l’analyse.

Toujours en équipe, les élèves discutent des similarités et des différences entre les époques, les lieux et les personnages dépeints dans les deux légendes. L’analyse peut être poursuivie en groupe-classe. À l’aide de l’organisateur graphique, chaque élève invente et rédige une légende dont il est le personnage principal. Pour ce faire, il établit les traits de caractère qu’il partage avec les personnages étudiés. Il cible également les actions du quotidien qui illustrent chaque trait (ex. : « Je suis patient, j’attends mon tour avant de parler ») et imagine l’histoire fabuleuse dont il est le principal sujet.

Il serait intéressant d’enrichir l’activité par une collaboration avec une enseignante ou un enseignant en arts plastiques pour illustrer les légendes créées par les élèves. Aussi, dans le cours d’éthique et de culture religieuse, les élèves pourraient réfléchir aux messages que portent les légendes.

Au terme de l’activité, par l’immersion dans l’imaginaire d’ici et d’ailleurs, l’élève aura découvert le patrimoine symbolique des légendes et établi des liens entre ces histoires inventées et sa réalité. En outre, cela lui aura permis de devenir le principal protagoniste de sa propre histoire.

Autre suggestion : l’activité Passer à la légende du Mois de la culture 2013 invite les élèves à transposer une légende urbaine en court-métrage.

Repères culturels

Ressources complémentaires