Et toi, comment joues-tu?

On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation.
Platon

La Convention internationale des droits de l’enfant reconnaît, pour le jeune, « le droit au repos et aux loisirs, [le droit] de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge » (article 31). Ainsi, en se regroupant autour d’un même ballon ou en jouant à la marelle, aux dés ou aux billes, les enfants du monde entier partagent les mêmes plaisirs et, à coup sûr, les mêmes fous rires. L’effet rassembleur ou le caractère universel de leurs jeux les placent tous, même aux quatre coins de la planète, sur la même fréquence. En quoi leurs jeux se ressemblent-ils? Certains jeux unissent-ils davantage les enfants que d’autres?

Dans cette activité, les élèves apprécient d’abord des œuvres illustrant des scènes de jeux ou de sports comme les œuvres de Miyuki Tanobe, de Normand Hudon ou de Pieter Bruegel, dit L’Ancien. Puis, ils sont invités à partager leurs connaissances et leurs perceptions sur les jeux des autres pays. Tous les enfants du monde jouent-ils aux mêmes jeux? Quels sports et quels jeux d’adresse préfèrent-ils?

Ensuite, en équipe, les élèves sélectionnent un pays autre que le leur et consultent diverses ressources (livres, Internet, etc.) afin d’en connaître les particularités (climat, relief, végétation, habitat, emplacement, etc.). Ils s’informent sur les sports et les jeux pratiqués dans ce pays en notant des ressemblances et des différences par rapport à ceux d’ici. Finalement, après avoir choisi un jeu, l’équipe réalise un diptyque représentant les pratiques d’ici et d’ailleurs. À l’aide de boîtes placées dos à dos, les élèves recréent deux petites scènes proposant une perspective en chevauchement. Ils modèlent des personnages en argile pour le premier plan puis réalisent un collage ou un dessin pour évoquer un paysage caractéristique du pays choisi à l’arrière-plan. L’équipe présente ensuite sa réalisation plastique médiatique à la classe.

Par ce projet, l’élève découvre la réalité d’autres jeunes du monde et se place ainsi sur la même fréquence qu’eux. Les enfants n’ont pas seulement le droit de jouer. Ils ont aussi droit à la vie, à leur identité, à l’éducation, à une protection contre toutes les formes de violence. Cette activité pourrait se poursuivre par une discussion sur les droits des enfants dans le cours d’éthique et culture religieuse.

Ressources complémentaires