Plus qu’un timbre à apposer

Avec les mots, on marque le mouvement, avec les images, on le fixe.
Louis Scutenaire (écrivain, 1905-1987)

Grâce aux nouvelles technologies, le monde est désormais à portée de main. Voyager à l’extérieur du Québec et s’ouvrir aux autres cultures, découvrir un pays qui intrigue ou fait envie, en déterminer les principaux lieux touristiques et les particularités culturelles est certes une expérience stimulante. Cette activité propose aux élèves d’entreprendre un tour du monde, en partant du Québec, par la création de cartes postales vivantes et l’évaluation de celles de leurs camarades de classe. Mais qu’en est-il de leur environnement immédiat? Est-il influencé, voire transformé par la diversité culturelle?

Pour amorcer ce voyage virtuel, les élèves choisissent une ville ou un pays qu’ils souhaiteraient mieux connaître. Ils consultent des sites Web, des vidéos, des guides et des brochures touristiques. Ils interrogent, si possible, des camarades originaires de la ville ou du pays choisi et observent des objets ou des cartes postales qui viennent de cette ville ou de ce pays. Ils s’inspirent ensuite des renseignements les plus pertinents pour inventer une courte séquence dramatique sous la forme de cartes postales vivantes qui présentent une coutume, un événement ou un lieu typique de la ville ou du pays choisi. Comme langage dramatique, les élèves utilisent les gestes, les attitudes et les bruits caractéristiques du lieu. Ils se servent de leur corps pour illustrer les personnages, les objets ou les animaux et ont recours à des accessoires et à des éléments de costume pour enrichir leur proposition.

Après quelques répétitions, chaque équipe présente sa création devant la classe et y apporte des ajustements, au besoin. Les cartes postales se construisent alors sous les yeux des spectateurs. L’entrée en scène se fait avec style et originalité, un personnage à la fois. Chacun joue son rôle, puis s’immobilise. Quand tous les personnages ont pris place, une photographie, fictive ou réelle, immortalise la scène. Puis, lentement, un deuxième tableau se met en mouvement. Une fois que tous les membres de l’équipe sont de nouveau immobiles, une autre photo est prise. La séquence dramatique se termine par une déconstruction au ralenti de l’image et la sortie de l’équipe. À la fin, la classe fait un retour sur l’activité pour partager son expérience de création et ses impressions de voyage.

Pour enrichir l’activité, l’enseignante ou l’enseignant pourrait demander aux élèves de réaliser les accessoires en arts plastiques, alors qu’un album de voyage, agrémenté des photos prises lors de la représentation, pourrait faire l’objet d’un projet en français. Les divers genres dramatiques pratiqués dans les pays visités pourraient également être présentés.

Au terme de l’activité, par la découverte de nouveaux pays et de leurs principaux traits culturels, l’élève aura élargi sa vision du monde, se sera ouvert à d’autres cultures, voire aura consolidé ses liens avec des camarades de cultures différentes. Il aura pris conscience que son quotidien et son environnement immédiat sont souvent influencés par cette diversité culturelle. En outre, l’activité aura permis de s’interroger sur la représentation que les cartes postales véhiculent : ne sont-elles pas des vitrines parfaites, voire utopiques?

Repères culturels

Ressources complémentaires