La Révolution tranquille : une révolution culturelle!

« Maîtres chez nous »
(Slogan du Parti libéral du Québec aux élections de 1962)

L’étude de l’histoire du Québec contemporain nous révèle, au tournant des années 1960, une société en profonde mutation; c’est la Révolution tranquille. Dans ce mouvement qui tranquillement se répand et se généralise, figure le Refus global, un texte pionnier paru en 1948. Les aspirations des artistes qui le signent sont claires : les mentalités, les institutions, les arts, tout doit changer. Par le moyen de cette activité, les élèves sont appelés à étudier de plus près cette page d’histoire afin de mieux comprendre les transformations qui se sont opérées sur tous les fronts de la société québécoise. C’est à travers les œuvres d’artistes de l’époque qu’ils pourront cerner les origines de ce mouvement, en plus de se familiariser avec le patrimoine culturel d’ici.

En classe, les élèves entament une réflexion sur les origines de la Révolution tranquille. Le contexte des années 1940-1950 au Québec, le Refus global et l’art public sont des thèmes qui peuvent être approfondis. L’activité se transporte ensuite hors des murs de la classe. Les élèves visitent des lieux de leur région ou apprécient via Internet des œuvres des signataires du Refus global tels que Jean-Paul Riopelle, Fernand Leduc, Françoise Sullivan, Marcelle Ferron et Jean-Paul Mousseau qui s’étalent en sol québécois. En équipes ou individuellement, les élèves doivent ensuite produire un audioguide, c’est-à-dire un fichier en format MP3, qui pourra être téléchargé à partir du site Web de leur école. Ils y présentent le contexte historique du Québec et de la Révolution tranquille, les œuvres visitées, les artistes qui les ont créées et les institutions qui les abritent.

On peut également envisager de réaliser cette activité en collaboration avec l’enseignante ou l’enseignant en arts, en français ou en informatique pour tout ce qui concerne la production d’un audioguide en format MP3.

Ressources complémentaires