Le folklore de l’autre

Au fil de cette activité, l’élève est invité à suivre le mouvement de balancier de la musique. Il fait une recherche sur la musique folklorique, puis crée une œuvre alliant tradition et modernité à l’aide des outils technologiques accessibles. Ainsi, les élèves découvrent comment la musique actuelle s’inspire de la musique folklorique.


 On est toujours le folklore de quelqu’un d’autre.
Michel Tremblay, auteur (1942-…)

Mise en situation

La musique voyage et évolue à travers les époques dans un perpétuel mouvement de balancier. Ainsi, il arrive très souvent que la musique du passé fasse un clin d’œil à la musique actuelle. En ce sens, il n’est pas étonnant que plusieurs groupes musicaux d’aujourd’hui s’inspirent d’airs du folklore. En explorant des musiques folkloriques et en créant leur propre œuvre alliant tradition et modernité, les élèves découvrent dans quel contexte les œuvres d’hier ont été créées et quelles traces les musiques actuelles ont conservées de ces œuvres. Comment les nouvelles technologies influencent-elles la création, l’interprétation et la diffusion de la musique? 

 

Activité                                                

1.     L’enseignante ou l’enseignant fait écouter aux élèves de la musique folklorique d’ici ou d’ailleurs. Elle ou il leur fait aussi entendre de la musique actuelle qui s’en inspire. Par la suite, les élèves repèrent les éléments historiques et déterminent ce qui distingue la musique folklorique d’avec les autres courants musicaux.

2.     Les élèves font une recherche sur la musique folklorique dans leur entourage pour choisir la pièce qu’ils actualiseront. Ils doivent comprendre le contexte de création, d’interprétation et de diffusion de l’œuvre choisie et déterminer ce qui, dans cette œuvre, ressemble à la musique qu’ils écoutent aujourd’hui et ce qui diffère de celle-ci.

3.     À l’aide de tablettes électroniques, de logiciels de traitement sonore ou de banques de sons, les élèves actualisent la pièce folklorique choisie en conservant au moins un élément musical et en n’en modifiant qu’un seul. Ces éléments peuvent être le rythme, la mélodie ou le timbre. La forme et l’accompagnement sonores peuvent aussi être modifiés.

4.     Les créations des élèves peuvent être diffusées sur le portail ou sur la page Web de l’école, sur les réseaux sociaux ou, encore, sous forme de présentations orales. 

 

Autres avenues

L’enseignante ou l’enseignant pourrait inviter une compositrice ou un compositeur de musique folklorique qui travaille à partir des nouvelles technologies. 

Dans le cours de français, les élèves pourraient analyser les paroles d’une chanson traditionnelle et les actualiser pour qu’elles correspondent à leur culture immédiate. 

Les élèves pourraient aussi imaginer une classe de musique du futur. Quels outils utiliseraient-ils pour composer leur pièce? À quoi ressemblerait leur musique?

Repères culturels

Ressources complémentaires