Le minimondial de soccer, une école de vie

En Amérique du Nord, on appelle ce sport le soccer. Partout ailleurs, on le nomme football. Il s’agit de l’activité sportive qui est la plus pratiquée, la plus médiatisée et qui déplace les plus grandes foules de spectateurs. Ses adeptes se font nombreux sur les cinq continents, et notamment au Québec. À l’heure de la mondialisation, le ballon rond fait courir de jeunes sportifs, qu’ils soient d’origine africaine, européenne ou nord-américaine. Aussi apportent-ils dans leur course des particularités culturelles qu’ils échangent lorsqu’ils se rencontrent.

À l’occasion d’un minimondial, les élèves sont appelés à découvrir un pays et sa culture du soccer avant de participer à la compétition sportive proprement dite.

On divise d’abord la classe en quatre équipes, qui représentent chacune un pays différent. Les élèves font une recherche sur l’histoire du soccer dans le pays choisi (le classement mondial, les vedettes devenues héros nationaux, les signes distinctifs des maillots et ce qu’ils évoquent, l’hymne national).

Par la suite, les équipes présentent les renseignements obtenus à la classe. Chaque élève produit un plan d’action personnel en coopération avec les membres de son équipe. Selon le poste qu’il occupe dans l’équipe (attaquant, défenseur, capitaine ou même entraîneur), l’élève décrit ses gestes techniques, ses possibles stratégies et le rôle de ses communications positives sur le terrain. Il prend note également des principales règles, des consignes de sécurité et des valeurs du jeu, comme le respect de soi et des autres, autant dans la victoire que dans la défaite. Enfin, le plan d’action approuvé par l’enseignante ou l’enseignant est mis en application lors du minimondial.

Il est à noter que l’objectif de l’activité est de réinvestir l’aspect culturel de la recherche dans le jeu. Par exemple, chaque groupe d’élèves peut concevoir un logo propre à son équipe, trouver un nom à celle-ci, choisir des couleurs pour son maillot et composer un hymne en tenant compte des particularités culturelles du pays sélectionné.

Pour enrichir l’activité, l’enseignante ou l’enseignant pourrait demander aux élèves d’inviter en classe une personne de leur entourage qui joue dans un club de soccer ou qui vient d’un pays où le soccer est très populaire. Dans le cours d’univers social, les élèves pourraient étudier les liens et les différences entre les cultures qu’ils représentent. L’enseignante ou l’enseignant pourrait aussi demander aux élèves d’imaginer un nouveau jeu de ballon rond, peut-être à la frontière du basketball, du handball et du ballon-chasseur.

Repères culturels

Ressources complémentaires