Ondes porteuses

La musique est la langue des émotions.
Emmanuel Kant

Un bruit, un son, nos oreilles sont constamment sollicitées. Certaines sonorités amusent, d’autres émeuvent, tandis que d’autres avertissent d’un danger. Mais comment se fait-il que des sonorités provoquent des réactions tout aussi diversifiées? Pourquoi certaines pièces de musique (par exemple, une cantate de Bach, un quatuor à cordes de Mozart, une symphonie de Bruckner ou une chanson de Michael Jackson) suscitent-elles des réactions différentes? Et comment, à travers les époques, la musique a-t-elle été mise au profit des émotions? Dans cette activité, les élèves se familiarisent avec les facettes sonores de leurs instruments et explorent ainsi les possibilités offertes. Ils écrivent ensuite la partition d’une pièce qui sera interprétée en classe.

L’activité débute par le visionnement en classe d’extraits de films choisis par l’enseignante ou l’enseignant, dont les musiques sont de styles et de genres différents. De nouveau, les extraits sont présentés aux élèves, mais cette fois sans la bande sonore. L’enseignante ou l’enseignant invite les élèves à comparer en groupe les visionnements et à partager leurs impressions. Dans un film, quels rôles joue la musique? Certains instruments sont-ils davantage liés à des types d’atmosphères sonores que d’autres? Comment la musique parvient-elle à susciter des réactions ou des émotions?

Puis, à partir d’une pièce qu’ils ont déjà interprétée, les élèves repèrent les caractéristiques sonores (passages dissonants, passages consonants, tensions, etc.). Ils se posent alors les questions suivantes. Réagissent-ils à certaines atmosphères plus qu’à d’autres? Peut-on varier ces atmosphères? Quel instrument peuvent-ils utiliser pour exploiter certaines palettes sonores? Quelles sont les atmosphères sonores qui ont le plus d’impact (tensions, caractère étrange, etc.)?

Pour poursuivre l’activité, les élèves se regroupent en équipes de trois et exploitent les possibilités sonores de leur instrument, formant ainsi une masse sonore qu’ils pourront ensuite réutiliser à leur guise. Ensemble, ils choisissent la ou les atmosphères qu’ils veulent créer et réfléchissent à la manière de rendre l’effet voulu. Puis, sur une même fréquence, toutes les équipes réunissent leurs parties afin de créer une pièce unique proposant différentes atmosphères contrastantes. Elles en conçoivent enfin la représentation graphique avant de la jouer et de l’enregistrer.

À l’aide de logiciels gratuits accessibles sur le Web, les élèves peuvent pousser plus loin l’activité en créant une nouvelle trame sonore pour un vidéoclip. En s’ajustant alors aux images et en tâchant de créer une autre ambiance, ils ont encore davantage la possibilité de réaliser que la musique peut susciter différentes émotions selon les éléments caractéristiques qui la composent. Enfin, dans la classe de science, les élèves pourraient réinvestir les connaissances qu’ils ont acquises en faisant des recherches sur les différentes fréquences et les décibels. À cet effet, ils pourraient réaliser l’activité Question de fréquence.

Ressources complémentaires