Prendre la route des saveurs

L’influence est une nourriture.
Pierre Baillargeon (journaliste et écrivain, 1916-1967)

La société québécoise arbore diverses couleurs culturelles, notamment en ce qui a trait aux habitudes alimentaires. Pizza, taco, sushi, chichetaouk, souvlaki participent parfois à l’élaboration du menu de la semaine. À l’instar du film d’animation Ratatouille, tout un monde de saveurs contenues dans un plat fait voyager agréablement le gastronome en devenir. Les élèves, par la production d’un texte vu, pourront ainsi prendre la route des saveurs et observer les influences culinaires de plusieurs communautés culturelles au Québec.

Chaque élève parle d’abord de son menu ou de son plat préféré pour établir un inventaire de mets. Il peut s’inspirer de menus de restaurants de sa région. Au cours d’un remue-méninges en classe, les élèves se posent les questions suivantes : quelles sont les origines de ces mets, comment les cuisiner, pourquoi font-ils partie de leur quotidien alimentaire? Les élèves se regroupent ensuite en équipe autour d’un même choix de mets. L’enseignante ou l’enseignant s’assure que chaque équipe travaille à partir d’un plat différent pour offrir une diversité culturelle lors des présentations.

Une fois la recherche effectuée sur le mets préféré (au moyen du Web, de livres, etc.), les élèves produisent un texte vu pour en expliquer la préparation. Ils peuvent s’inspirer des films d’animation de Benjamin Gibeaux, mais doivent d’abord créer un scénarimage pour parvenir à un résultat comparable. Pour ce faire, ils peuvent visionner des tutoriels vidéo StopMoStudio, de l’Office national du film, qui abordent ce sujet technique. Enfin, les élèves procèdent au montage d’images (photos, dessins) qu’ils ont au préalable choisies à l’aide du logiciel de leur choix. Chaque production est visionnée en classe.

L’enseignante ou l’enseignant pourrait aussi proposer aux élèves de traiter les recettes au moyen d’un texte entendu, à la manière, par exemple, de la chanson Le spaghetti à papa de Mara Tremblay. Pour enrichir l’activité, l’enseignante ou l’enseignant pourrait inviter un chef cuisinier pour qu’il parle de son métier et, pourquoi pas, cuisiner un mets choisi par une équipe pour que tous puissent le déguster.

Au terme de l’activité, l’élève aura eu l’occasion de marier la culture gastronomique d’ici et d’ailleurs.

Repères culturels

Ressources complémentaires