Quand les mots du divin se font mots croisés

J’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot…
Honoré de Balzac (écrivain français, 1799-1850)

Dieu, Père, Esprit saint, Adonaï, Allah, Shiva, Être suprême, Tout-Puissant, Seigneur : à travers les époques, les religions et les pays, l’idée universelle du divin a revêtu bien des visages et pris bien des noms. Les façons d’exprimer le divin ainsi que les représentations du divin et des êtres mythiques et surnaturels sont innombrables. Dans cette activité, les élèves plongeront dans l’univers des mots croisés pour prendre la mesure de cette diversité et s’ouvrir à elle. Sauront-ils jouer judicieusement avec les mots?

En guise d’amorce, l’enseignante ou l’enseignant demande aux élèves s’ils savent ce qu’est un verbicruciste et un cruciverbiste et s’ils l’ont déjà été à leurs heures. Au cours d’une discussion, les élèves sont amenés à faire ressortir le lien entre les mots verbicruciste et crucifix. L’enseignante ou l’enseignant explique l’origine du mot verbicruciste (de verbum, qui signifie « mot », et de crucis, qui signifie « croix ») et ce en quoi consiste le jeu des mots croisés. Les élèves remplissent une première grille pour se familiariser avec cet exercice.

Puis, les élèves visionnent en classe La chasse-galerie d’Honoré Beaugrand (ou La légende du canot d’écorce, de l’Office national du film) ou examinent des images liées à cette légende. Les élèves notent les différentes représentations du diable dans la vidéo ou sur les images. L’enseignante ou l’enseignant leur demande s’ils connaissent d’autres représentations du divin et des êtres mythiques et surnaturels. Ils discutent sur ce thème, et l’enseignante ou l’enseignant explique la différence entre une représentation du divin et une représentation folklorique, ainsi que l’importance d’associer adéquatement les traditions aux religions concernées.

En équipe, les élèves pigent quinze mots pour concevoir leurs propres mots croisés, qui porteront sur le thème des représentations du divin et des êtres mythiques et surnaturels issues des traditions religieuses du Québec. Ils rédigent ensuite une courte phrase qui permet de deviner chacun des mots à trouver. Pour ce faire, les élèves font une recherche dans des livres et sur Internet et peuvent s’aider d’outils accessibles en ligne pour créer leur grille. Enfin, ils remplissent les grilles des mots croisés des autres équipes et en font l’évaluation.

Pour enrichir l’activité, l’enseignante ou l’enseignant pourrait proposer aux élèves d’illustrer leurs mots croisés avec des images et des symboles ou s’associer avec un collègue du cours de français pour travailler sur l’étymologie des mots. L’exercice pourrait aussi être l’occasion d’amener les élèves à comprendre pourquoi on ne représente pas le divin (tableau, statue, etc.) en Islam ou pourquoi les juifs ne prononcent pas le tétragramme sacré.

Au terme de l’activité, l’élève, en se faisant verbicruciste, aura découvert les origines et la signification des représentations du divin et des êtres mythiques et surnaturels et mieux compris ce qui les différencie.

Repères culturels

Ressources complémentaires