Terre des Hommes, espace de jeu

À chaque rencontre, une nouvelle histoire s’écrit. C’est là que réside le plus étonnant mystère de l’aventure humaine.
Édouard Zarifian (psychiatre français, 1941-2007)

En 1967, sur le thème Terre des Hommes, le Québec s’est ouvert sur le monde. Montréal et son Expo 67 ont alors vécu au rythme des accents, des arômes, des spectacles les plus divers. Une grande rencontre a eu lieu. Depuis, le Québec tout entier bat la mesure et est devenu une terre d’accueil. Des liens se tissent, des cultures s’influencent, des ouvertures se créent.

Les élèves s’interrogent d’abord sur ce moment marquant de l’histoire récente. Quelle est cette Terre des Hommes? Que reste-t-il d’Expo 67? À l’aide de diverses sources, ils s’informent sur les grandes phases de réalisation de l’exposition, l’organisation du lieu, les pays participants, le contenu des pavillons, etc. Quelques élèves peuvent même obtenir des témoignages ou des objets souvenirs auprès de leurs grands-parents. Après avoir partagé leurs découvertes, les élèves discutent en classe de l’influence d’Expo 67 sur le Québec d’alors et d’aujourd’hui.

En équipe de quatre à six, les élèves choisissent un pays et se documentent sur son pavillon et les thèmes abordés. Ils sélectionnent quelques traits culturels qui peuvent être scénarisés, comme la cérémonie du thé en Chine, le théâtre nô au Japon ou le nomadisme des bergers au Tchad. Puis, ils rédigent un canevas à partir duquel l’équipe improvisera. Les personnages s’expriment avec un accent préalablement travaillé et utilisent des éléments de costume et des accessoires appropriés. Comme langage dramatique, ils font appel à la gestuelle, au rythme, à la démarche et à des attitudes caractéristiques pour faire ressortir les particularités culturelles du pays choisi.

Finalement, chaque équipe improvise dans un espace scénique qui lui est propre, avec des photos et des cartes géographiques comme éléments de décor. Distribuées de façon circulaire dans une grande salle, toutes les scènes reproduisent, au sol, le symbole de Terre des Hommes. Le public passe d’une scène à l’autre et, à la fin du parcours, il est invité à discuter avec les élèves de l’héritage d’Expo 67 et de leur expérience personnelle.

Pour enrichir l’activité, le texte Les belles-sœurs de Michel Tremblay, qui illustre bien cette ouverture, pourrait être étudié dans le cours de français. Une courte scène de cette pièce pourrait aussi être interprétée en art dramatique, tout comme quelques extraits du répertoire dramatique d’auteurs issus des pays choisis. En univers social, l’activité permettrait d’enrichir l’étude de la modernisation de la société québécoise ou encore de contextualiser l’immigration comme enjeu de société du présent avec l’avènement d’un ministère en 1968.

Grâce à cette activité, l’élève aura pu établir des liens entre Expo 67 et la diversité culturelle qui influence son quotidien et son environnement immédiat. Par la reconnaissance de l’influence de cet événement dans plusieurs domaines (ingénierie, transport, culture, immigration, etc.), il peut mieux saisir les changements intervenus au Québec depuis la fin des années 1960.

Repères culturels

Ressources complémentaires