Tout le monde à table!

J’essaie d’avoir une grande mémoire de ce
que j’ai goûté, c’est ce qui fait ma culture finalement.
Ma culture de nourriture, c’est ce que je mange et
je goûte partout dans le monde.
Alain Ducasse

Nos épiceries regorgent d’aliments provenant de divers pays, porteurs de la culture et des mœurs des gens qui les cuisinent et les consomment. La diversité des contenus des boîtes à lunch des élèves de nos écoles ouvre manifestement une fenêtre sur le monde. Amenons les jeunes à découvrir des saveurs et des parfums des quatre coins de la planète. Invitons-les à passer à table pour partager la cuisine de leur pays et découvrir des coutumes d’ailleurs.

Ainsi, dans cette activité, l’élève doit communiquer, oralement et par écrit, les étapes nécessaires à la réalisation d’un plat de son pays d’origine. Cela conduira à la tenue d’une fête gourmande et à la publication d’un livre de recettes du monde.

Avant de passer à table, les jeunes doivent accroître leur vocabulaire culinaire en découvrant certains noms d’aliments et d’ustensiles d’ici et d’ailleurs ainsi que des verbes d’opérations de cuisine tels que assaisonner, confire, émincer, farcir, mariner ou rôtir. Parallèlement, ils sont initiés aux expressions courantes et aux proverbes associés à l’alimentation, comme En voir des vertes et des pas mûres ou Être le dindon de la farce.

Durant cette phase de préparation, l’élève peut avoir accès à des ouvrages variés, tant documentaires que pratiques et littéraires, à des émissions télévisuelles culinaires, à des aliments, à des ustensiles de cuisine et à des cartes géographiques. Une visite dans une épicerie spécialisée s’avère également profitable et permet de découvrir des produits exotiques. L’exploration peut se faire sous plusieurs angles disciplinaires. Pensons, entre autres, à des activités de mesure en mathématique ou à l’analyse des liens entre l’alimentation et des expressions du domaine religieux abordées en éthique et culture religieuse.

Par la suite, chaque élève doit préparer un plat afin de faire connaître un aspect de son héritage culturel à ses pairs. Le partage gastronomique s’étend sur une période d’une semaine. Dans le cadre de cette fête gourmande, quatre ou cinq recettes sont expliquées et dégustées quotidiennement. Les jeunes présentent le mets apprêté en utilisant des termes justes et en déclinant les diverses étapes de leur travail. Cela permet l’élargissement du champ lexical des élèves, le réinvestissement des connaissances acquises pendant la phase de préparation et la découverte de nouvelles saveurs et textures ainsi que de nouveaux parfums.

Finalement, les recettes sont transcrites, reproduites et reliées. Un recueil de recettes du monde pourrait faire un magnifique cadeau!

La cuisine fait voyager. Elle propose des goûts, des couleurs et des parfums adaptés au climat, à la géographie et aux ressources naturelles d’une région. En proposant des saveurs issues de leur terre natale, les élèves déploient une part de leur identité culturelle. Ils s’ouvrent à différentes traditions et coutumes, ils explorent et ils interagissent dans un cadre qui permet de mieux vivre ensemble.

Ressources complémentaires