Un tournoi amical de lutte

La lutte trouve ses origines dans les premières civilisations. Elle joua un rôle culturel chez les Perses, les Égyptiens et les Grecs de l’Antiquité. Aujourd’hui, la lutte folklorique, qui appartient à des cultures ethniques ancestrales, est pratiquée, notamment en Afrique, lors de festivités associées au travail agricole ou aux rites de passage (naissance, mariage, décès). Au centre du village, sur sable ou sur terre battue, s’affrontent deux lutteurs qui doivent contrer, déjouer et maîtriser l’adversaire. Au Québec, elle fait aussi de nombreux adeptes.

Il n’est pas surprenant que la lutte soit le sport national de plusieurs pays. Solidement ancrée dans la culture, cette discipline sportive trouve d’ailleurs des échos un peu partout : instinctivement chez les jeunes enfants qui s’amusent ou de façon artistique dans la danse contemporaine. En fait, bien que différents types de luttes existent depuis des milliers d’années, leur portée est toujours actuelle..

Dans cette activité, trois types de lutte sont abordés avec les élèves : la lutte libre, la lutte gréco-romaine et la lutte féminine. Au cours d’un tournoi amical de style olympique, ils auront non seulement l’occasion de développer leurs actions motrices, mais pourront également approfondir leurs réflexions éthiques et culturelles en lien avec ce sport de combat.

Les élèves répondent d’abord à certaines questions. D’où vient la lutte? Depuis quand existe-t-elle? Quelles en sont les principales règles? Quels sont ses liens avec d’autres sports, comme le judo ou la boxe? Pour ce faire, les élèves consultent des sites Web, entre autres celui de la Fédération internationale des luttes associées. Par la suite, à l’aide de courtes vidéos, l’enseignante ou l’enseignant présente les trois formes de lutte à l’étude (libre, gréco-romaine et féminine). Après chaque visionnement, une période de trente minutes est allouée aux élèves pour qu’ils puissent s’exercer et se familiariser avec les particularités de chaque type de lutte. Ils perfectionnent leurs techniques, réfléchissent sur les questions éthiques et s’informent au moyen de sites Web sur les règlements de différents styles de lutte et sur les règles de sécurité (respecter la catégorie de poids par exemple).

À la suite de cette recherche, chaque élève produit un plan qui tient compte des principes d’action et de communication qui s’appliquent dans le contexte d’activités de combat. Il met à exécution ce plan durant les matchs préparatoires et y apporte les ajustements nécessaires. Par de l’information consignée, il évalue sa démarche, ses résultats et en dégage les apprentissages.

Projections, prises, crocs-en-jambe, clés… Avant de mettre les épaules de l’adversaire au tapis et de clore l’activité, les élèves pourraient se livrer à une réflexion sur la lutte olympique durant l’Antiquité ou au Québec dans un cours d’histoire et d’éducation à la citoyenneté. En éthique et en culture religieuse, la réflexion pourrait porter sur le fait que la lutte constitue un modèle d’égalité et représente ainsi un moyen pratique et efficace d’enseigner aux individus la notion de droits et de devoirs.

Repères culturels

Ressources complémentaires